samedi 31 mars 2018

Bilan de lecture de mars

Bilan de lecture de mars

Mars, l'arrivée du printemps mais aussi le temps du festival Nuits d'encre.
De belles rencontres au programme Nathalie Skowronek, Anne Brouillard mais aussi d'autres    Belges : Laurent Demoulin chez Antigone à Gembloux et Jérôme Colin chez Furet du Nord de Louvain-la-Neuve, et un petit apéro littéraire pour terminer le mois.

Cette année j'ai changé de tactique et j'ai pris de l'avance en mars pour le mois belge, lectures en grande partie nationale mais pas que.

J'ai donc lu 12 livres dont 5 BD's.  les voici :

Les belges pour commencer, un premier roman extraordinaire. ♥



Prix Fintro écritures noires, un premier polar très réussi




Il était temps que je la lise enfin, invitée des Nuits d'encre



Coup de coeur, je l'avais repéré à sa sortie, souvenir d'une très belle rencontre




Il ouvrira le mois belge demain,  Immense coup de coeur à découvrir d'urgence.  Attention talent !



Elle était finaliste du Rossel 2017, joli premier recueil de nouvelles




Joli roman graphique qui retrace la période de guerre à La Louvière, bel hommage à une résistante.




Décalé, surréaliste, belge quoi !



Je commence une nouvelle série bd et j'adore, à la découverte de la mythologie.





Un autre roman graphique génial, chipé à mon mari.  A lire aussi !



Un premier thriller passionnant.




Et je termine le mois avec ceci :




Joli bilan, et c'est pas fini pour les découvertes belges.  La bonne nouvelle pour une fois mes billets sont quasi tous prêts, je sens qu'avril va vous donner beaucoup de choses à découvrir.

Joyeux long week-end pascal à toutes et à tous.



Résultat de recherche d'images pour "joyeuses paques"


















































































































.

mercredi 28 mars 2018

Une autre histoire - Sarah J. Naughton

Une autre histoire     -     Sarah J. Naughton


Une autre histoire

Sonatine
Traduit par Pierre Szczeciner
Parution : 08/03/2018
Pages : 416
EAN : 9782355846106
Prix : 21 €

Présentation de l'éditeur

La vérité n’est jamais là où on l’attend.

Élevée par un père violent et une mère soumise, Mags a fui l’Angleterre dès qu’elle a pu pour devenir une brillante avocate à Las Vegas. Lorsqu’elle apprend que son jeune frère, Abe, a été victime d’un accident et se trouve dans le coma, elle revient pour la première fois depuis longtemps à Londres. Là, elle a la surprise de rencontrer sa petite amie, Jody, dont il ne lui avait jamais parlé. Elle est plus surprise encore quand Jody, inconsolable, lui révèle qu’il ne s’agit pas d’un accident mais d’un suicide. Dépressif, Abe s’est jeté par la fenêtre. Peu à peu, la version officielle semble néanmoins présenter d’étranges incohérences. Jody dit-elle toute la vérité ? Était-elle vraiment la petite amie d’Abe ou une experte en manipulation ?


À ce stade du résumé, votre opinion est sans doute déjà faite. Jody est coupable, elle a d’une façon ou d’une autre participé à la chute d’Abe, Mags va découvrir la vérité. C’est du tout cuit : un thriller de plus parmi tant d’autres. Eh bien, détrompez-vous. Si les apparences sont en effet trompeuses, vous n’imaginez pas à quel point. Vous êtes surtout loin de vous douter avec quelle maestria Sarah Naughton vous manipule.

Vous croyez lire une histoire et c’en est une autre, bien plus captivante, qui va se dévoiler.

Mon avis

Merci aux éditions Sonatine et à Babelio pour la découverte de cette nouvelle plume anglaise Sarah J. Naughton et son premier roman.

Ce thriller psychologique commence par trois introductions : Avant, Après et un personnage qui s'exprimera à plusieurs reprises dans le récit en italique... De  qui parle -t-on ?  à lire pour le découvrir.

Mags est avocate vivant à Las Vegas.  Elle est arriviste, froide, cynique et a un petit penchant pour l'alcool.  Elle revient à Londres suite au présumé suicide de son frère Abe qu'elle n'a plus vu depuis de nombreuses années ayant quitté son Écosse natale pour échapper à une famille autoritaire, dominatrice qui a détruit son enfance.

Abe est dans le coma.  Jody, sa voisine, sa fiancée l'a retrouvé cloué au sol suite à une chute du quatrième étage.  Une chute dans un endroit particulier puisque l'action se passe dans une église désacralisée (St Jérôme) convertie en logements sociaux dans un quartier populaire pas très fréquentable de Londres.  Les locataires sont particuliers, défavorisés socialement, précarisés psychologiquement voir même psychiatriquement.

La police prétend à un suicide.  Mags est persuadée très rapidement qu'il s'agit d'un homicide.
Constatant l'inertie des forces de l'ordre, elle va mener son enquête auprès des occupants de l'immeuble.

Elle se rendra très vite compte et nous aussi qu'entre mensonge et vérité, la frontière est très mince et qu'il est difficile d'entendre, de croire la vérité qui vient d'un menteur !

L'écriture est addictive, j'ai lu très rapidement ce thriller.  Ce sont principalement Mags et Jody qui partagent leurs réflexions par le biais de courts chapitres.

L'originalité réside dans le lieu, un peu particulier ; cette ancienne église reconvertie en logements.  L'intrigue est bien construite, l'auteur maîtrise bien les codes du genre pour son premier récit, une construction classique.

Les personnages sont aboutis, des destins marqués par l'enfance opposant une femme forte et une femme fragile.

Des éléments sont divulgués peu à peu, les retournements sont fréquents.  On sait que les choses se retourneront , on pense voir venir et avec brio l'auteure jusqu'au bout nous conduit à "Une autre histoire".

Ma note de lecture : 9/10

Les jolies phrases

Et moi je suis banquier, donc je devrais savoir que la vérité ça n'existe pas.

La vie c'est compliqué.  Si vous pensez que c'est simple, c'est que vous vous y prenez mal.

Quand elle rit, son visage se transforme.  C'est comme si le soleil sortait de derrière les nuages.

Le passé n'était pas la vérité; ce n'était même pas un rêve.  Le passé ce n'était rien, il n'existait pas, il était oublié; il ne devenait réel que si je l'y autorisais. Comme les fées dans Peter Pan qui meurent si on arrête de croire en elles.

Elle pose tellement de questions.  Ça fait comme des ongles qui grattent les contours de ma vie et qui essaient d'éplucher les couches les unes après les autres jusqu'à atteindre la partie la plus tendre, au coeur.

Si les célébrités se séparent, c'est parce qu'elles ont assez de personnalité pour ne pas accepter de supporter les conneries des autres.

La vérité ça n'existe pas; la seule chose qui compte, c'est ce qu'on arrive à faire croire aux gens.

Le harcèlement moral est un meurtre au ralenti.

samedi 24 mars 2018

Culottées 1 Pénélope Bagieu

Culottées              -            Pénélope Bagieu

Des femmes qui font ce qu'elles veulent.




Gallimard
Parution : 22/09/2016
Pages : 144
ISBN : 978-2-07-060138-7
Prix :  19.50 €


Présentation de l'éditeur

Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclats les préjugés.

Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin.



Résultat de recherche d'images pour "culottées tome 1"  Résultat de recherche d'images pour "culottées tome 1"

Mon avis

Très chouette roman graphique.  Mais quelle belle idée !

Pénélope Bagieu nous propose de découvrir des femmes qui savent ce qu'elles veulent !

Elles ont vécu des époques différentes, ont marqué l'histoire ou leur entourage par leur détermination.  Elles viennent de tous les continents, de toutes les époques.

C'est malin, on apprend des choses, elle met en avant ces différentes personnalités, c'est un régal.

Je ne peux que vous inviter à les découvrir.

Un second volume m'attend dans ma PAL, j'ai hâte de le découvrir... car on en veut encore.

Les illustrations sont vraiment TOP.

Quelques personnalités du ce premier volume :

Clémentine Delait, une femme à barbe qui a su tirer parti de sa caractéristique (1865-1939)

Nzinga Reine du Ndongo devenue Reine d'Angola (1583-1663)

Les Mariposas  : soeurs rebelles luttant contre le dictateur Trujillo en République Dominicaine (1924-1960)

Annette Kellerman qui créa le maillot de bain et la natation synchronisée ce qui créa un scandale à l'époque en Australie (1886-1975)

J'ai beaucoup aimé l'histoire de Joséphine van Corkum catholique qui épousa un protestant aux Pays-Bas  (1820-1888)

Joséphine Baker, Wy Zetian (1ère impératrice chinoise en 625-705), et beaucoup d'autres jolis destins connus ou pas.

Foncez, c'est TOP.

♥♥♥♥♥

Résultat de recherche d'images pour "culottées tome 1"

mercredi 21 mars 2018

Un funambule - Alexandre Seurat

Un funambule    -  Alexandre Seurat




Rouergue
La Brune
janvier 2018
96 pages
12,00 €
ISBN
978-2-8126-1508-5

Présentation de l'éditeur

Un jeune homme est réfugié dans la maison de vacances de ses parents, en bord de mer. Cela ne « va » pas, tout l’engloutit, la pensée de sa mère, sa relation avortée à la seule femme qu’il ait aimée, sa non-existence sociale. C’est un être effrondré, un funambule qui marche au-dessus du vide. Alors qu'il retrouve les siens pour la fête des mères, il apprend qu'il doit se rendre avec son père à un rendez-vous médical dont il ne sait rien. Après La maladroite et L’administrateur provisoire, Alexandre Seurat poursuit son exploration des failles familiales. Il plonge le lecteur dans un monde sans repères, dont on ne sait si l’absence de limites tient à la folie du personnage ou à la violence du monde extérieur.

Mon avis


Avec ce troisième court roman,  je retrouve avec plaisir la plume particulière d'Alexandre Seurat, qui m'avait déjà séduite avec "La Maladroite".

Le livre est  très dense, écrit comme un seul chapitre avec une ponctuation particulière.  Peu de respiration, faisant monter une tension, un mal être.. celui de notre narrateur.

C'est à la troisième personne du singulier qu'il s'exprime.  Avec lui, on ressent son malaise depuis la perte de Solenne.  J'aime beaucoup cette phrase de la quatrième de couverture : "C'est peut-être ça la vie : la sensation d'être toujours hors saison, abandonné depuis l'enfance à un monde flottant et douloureux. Funambule, il se sent entraîné dans une course à l'abîme, à laquelle il ne peut rien."

Notre narrateur marche au dessus du vide comme un funambule, il cherche sa place dans la vie, la douleur étant intense ; la perte de Solenne, la difficulté de communiquer avec sa mère.  A la recherche de sa place, de la bonne attitude, il est perdu, se sent continuellement agressé par le monde extérieur.  Écorché, avec un sentiment d'abandon, sans attention, il essaie de faire de son mieux, de comprendre.

Avec de la poésie, comme souvent Alexandre Seurat nous parle de la noirceur, du vide intégral, de la difficulté de trouver un équilibre dans sa vie.

Par son écriture sans respiration, on entre en apnée et comprend le silence, le malaise prégnant du narrateur incompris de son entourage.

Une lecture que j'ai appréciée mais qui réclamait de l'exigence. Attention ce livre ne se lit pas d'une traite tant il est dense et lourd.


Ma note : 8/10


L'avis de Julie des Petites lectures de Scarlett se trouve ICI , c'était notre LC.

Les jolies phrases

Juste dormir, juste finir, essayer de ramener à soi les mots comme une couverture, dans l'espoir de se réchauffer.

Le monde se refermait sur lui comme un piège.

Mais lui n'avait que des blocs de douleurs dans les mains, qui ne composaient rien dont il aurait pu dire quoi que ce fût : c'était là, c'était tout, ça aurait dû suffire, mais ça ne suffisait pas.

Un funambule qui marche au-dessus du vide et qui avance lentement, en suspension, le vide immense dessous, le vide immense devant, la mort à quelques centimètres, est-ce qu'il a seulement peur ?  Peut-être qu'il ne se rend même pas compte que la mort est là ?

La sensation du sable où ses pas s'enfouissaient péniblement, l'impression qu'il allait s'y engloutir.  Il aurait bien voulu remuer la plage, la secouer, mais il y avait tellement de vide.

Des mots encore, toujours des mots qui le retenaient et le manipulaient, il n'avait jamais su comment sortir des mots.

Fantômes dont il a l'impression, malgré la vitre qui les sépare, d'être extrêmement proche.  Loin de son père et des autres, quand il avance vers eux ses mains, leurs mains et leurs regards le suivent.  Ces corps qui dansent de l'autre côté de la vitre sont si fragiles - si lourds.

Le moment où tout glisse, d'un point à l'autre, le fil qui tangue, le pied qui se déplace, le balancier lentement se penche d'un côté à l'autre.

Quelque chose pèse sur sa poitrine, qu'il ne peut pas identifier, il ne sait pas où appuyer pour que la douleur sorte : c'est un ressort qu'il ne peut pas détendre, alors il le tend.




Du même auteur j'ai lu

Comme toujours mon billet en cliquant sur la couverture.







dimanche 18 mars 2018

La petite famille - Sophie Avon

La petite famille    -    Sophie Avon

Résultat de recherche d'images pour "la petite famille sophie avon"

Gallimard
Mercure de France
Collection La Bleue
Parution : 04/01/2018
Page : 176
EAN ; 9782715246782
Prix : 14.80 €

Présentation de l'éditeur

«Il y a trois ans, Camille est tombée amoureuse de Ron et n’a eu de cesse de le conquérir. Elle n’a pas eu de mal à le séduire, les choses se sont compliquées après. Elle voulait tout : l’amour, le mariage, une famille. Ron commençait à peine ses études de droit, il n'avait qu’une chose en tête : coucher avec cette jolie Française et fuir. C’est elle qui a gagné.»

Depuis la naissance du petit Sacha, les relations entre Camille et Ron se sont dégradées. Lorsque Camille renoue avec Nina, une amie d’enfance qu’elle n’a pas vue depuis sept ans et qui vient leur rendre visite à Amsterdam, les deux jeunes femmes retrouvent leur complicité d’antan. Nina s’installe plus longtemps que prévu : peu à peu, elle remet de l’ordre dans l’appartement négligé, s’occupe de l’enfant, apaise les relations du couple. Les trois adultes et le garçon forment désormais une petite famille dont l’équilibre est miraculeux, à la fois idéal et transgressif…

L'auteur nous en parle





Mon avis

Camille et Ron sont amoureux.  Ron est étudiant en droit.  Ils vivent à Amsterdam.
Depuis la naissance de Sacha, la vie est un peu plus compliquée, Camille déprime un peu.  Ron prend le relais pour Sacha mais avec les études, ce n'est pas facile de tout combiner.

Arrive Nina l'amie d'enfance de Camille.  Sa présence va changer les perspectives, l'ambiance est meilleure, elle prend les choses en main pour l'entretien de l'appartement et s'occupe de Sacha.

Avec brio, l'anteure nous fait vivre la vie de cette petite famille.

Camille crée des bijoux, elle évolue dans ce projet.  Ron poursuit ses études.  Nina continue à s'entraîner à la danse...   La vie continue son chemin.   Mais Camille s'ennuie un peu, elle déprime.  Des tensions dans le couple,  Nina qui va poursuivre sa carrière... Sacha grandit, le couple survivra-t-il ?

Le récit est bien mené, bien ficelé, c'est troublant.  Un roman d'ambiance.  J'ai lu ce livre d'une traite, la fin est forte, âme sensible s'abstenir.


Une belle découverte.

Ma note : 9/10

Les jolies phrases

La levure la ramène à son bébé.  Elle le voit pousser en elle comme la pâte qui repose et gonfle peu à peu.

Le monde lui paraît une blessure géante où seul triomphe le temps qui passe.

C'est vrai qu'on avait un nombre de choses insensé ! Plus ça va, plus je me déleste, tu vois.  Les gens ne comprennent pas à quel point on s'encombre de choses inutiles...

Nina, elle, s'est raidie depuis qu'elle a quitté le nid.  Comme si la discipline appliquée à son corps lui verrouillait le coeur.

La différence entre un artisan et un artiste, c'est que l'artiste ne sait pas ce qu'il fabrique ...

Les gens ne pensaient qu'à manger.  Le pain remplaçait tout : l'amour, le réconfort, le succès.

samedi 17 mars 2018

Ils ont rejoint mon Himalaya à lire

Ils ont rejoint mon Himalaya à lire

Il est temps de faire un bilan et de voir ce que le facteur a déposé dans ma boîte aux lettres.

Un grand merci à mes partenaires de plus en plus nombreux.

Merci à Karine Lebert pour sa fidélité

Les amants de l'été 44    -   Karine Lebert

Les Amants de l'été 44

Presse de la Cité
Collection terres de France
Parution : le 15 mars 2018
Pages : 368
ISBN : 978-2-258-15081-2
Prix : 20.5 €

Présentation de l'éditeur

Gemma Harper est une jeune New-Yorkaise ambitieuse dont les certitudes vacillent à la mort de sa mère. C’est au cœur d’une Normandie inconnue que ses pas vont la guider à la découverte de ses origines cachées, liées à celles de Philippine, femme au destin romanesque durant la Seconde Guerre mondiale.


2000, Gemma est une jeune New-Yorkaise vive, séduisante, pragmatique, travaillant avec passion dans l’entreprise familiale de produits alimentaires. A la mort de sa mère, elle découvre que sa « vraie » grand-mère était française ; elle décide alors de partir, seule, sur ses traces. Ce voyage à la recherche de ses origines la conduit en Normandie. En sillonnant la région, Pont-l’Evêque, Le Havre, Barfleur, Colleville, l’Américaine recueille les témoignages de ceux qui ont connu Philippine. Tout commence en 1944, quand, en faisant du marché noir à Deauville, la jeune Normande rencontre Ethan, un GI, cajun de Louisiane.
Deux destins de femmes, deux continents, deux époques… L’une est en quête, la seconde se raconte. Gemma trouvera un nouveau sens à sa vie et comprendra comment Philippine a payé le prix de sa liberté. Avec en filigrane cette question douloureuse : pourquoi a-t-elle abandonné sa fille aux Etats-Unis ?

Babelio et Sonatine  vont me faire découvrir un thriller , un premier roman, grâce à Masse Critique:

Une autre histoire  -  Sarah J. Naughton

Une autre histoire
Sonatine éditions
Parution : 08/03/2018
Pages : 416
ISBN: 978-2-35584-610-6
Prix : 21 €

Présentation de l'éditeur

La vérité n’est jamais là où on l’attend.

Élevée par un père violent et une mère soumise, Mags a fui l’Angleterre dès qu’elle a pu pour devenir une brillante avocate à Las Vegas. Lorsqu’elle apprend que son jeune frère, Abe, a été victime d’un accident et se trouve dans le coma, elle revient pour la première fois depuis longtemps à Londres. Là, elle a la surprise de rencontrer sa petite amie, Jody, dont il ne lui avait jamais parlé. Elle est plus surprise encore quand Jody, inconsolable, lui révèle qu’il ne s’agit pas d’un accident mais d’un suicide. Dépressif, Abe s’est jeté par la fenêtre. Peu à peu, la version officielle semble néanmoins présenter d’étranges incohérences. Jody dit-elle toute la vérité ? Était-elle vraiment la petite amie d’Abe ou une experte en manipulation ?
À ce stade du résumé, votre opinion est sans doute déjà faite. Jody est coupable, elle a d’une façon ou d’une autre participé à la chute d’Abe, Mags va découvrir la vérité. C’est du tout cuit : un thriller de plus parmi tant d’autres. Eh bien, détrompez-vous. Si les apparences sont en effet trompeuses, vous n’imaginez pas à quel point. Vous êtes surtout loin de vous douter avec quelle maestria Sarah Naughton vous manipule.

Vous croyez lire une histoire et c’en est une autre, bien plus captivante, qui va se dévoiler.

Hâte également de découvrir ce bouquin proposé par Payot-Rivages

Les soeurs de Fall River  - Sarah Schmidt


Payot - Rivages
Parution : mars 2018
Pages : 360
Traducteur : Bach
Isbn : 9782743643119
Prix : 23 €

Présentation de l'éditeur

« J’ai regardé Père. Touché sa main en sang… » Le 4 août 1892, à Fall River (Massachussetts), Lizzie Borden découvre son père et sa belle-mère sauvagement assassinés. Très vite, son attitude oriente les soupçons. Sa fragilité la rend-elle coupable pour autant ? Et comment une telle violence a-t-elle pu surgir dans une ville si paisible ? D’après une histoire vraie, Sarah Schmidt a fait un roman fascinant, réinventant l’un des crimes les plus célèbres d’Amérique. Elle plonge dans les secrets d’une famille, mettant à nu la relation bouleversante de deux sœurs, Lizzie et Emma, leur besoin d’indépendance aux prises avec les carcans de l’époque. Au-delà du fait divers, ce conte hypnotique lève le voile sur la part d’ombre de chacun.
Sarah Schmidt vit à Melbourne, où elle travaille dans une bibliothèque. Devenu un best-seller dans plusieurs pays, Les Sœurs de Fall River est en cours d’adaptation pour le cinéma et la télévision.


Merci Alain et les éditions Michel Lafon.  J'avais rencontré Amélie Antoine à Paris fin janvier, l'occasion de découvrir sa plume

Les secrets   -  Amélie Antoine

LES SECRETS
Michel Lafon
Parution : 08/03/2018
Pages : 397
Isbn : 978-2-74999-3558-4
Prix : 18 €

Présentation de l'éditeur


Vous l’aimez plus que tout au monde.

Vous lui faites aveuglément confiance.

Vous ne rêvez que d’une chose : fonder une famille ensemble.

Mais rien ne se passe comme prévu.

Jusqu’où iriez-vous pour éviter de tout perdre ?


Une histoire racontée à rebours, car il n’y a qu’en démêlant

les fils du passé que l’on peut comprendre le présent.


Merci à Micheline et aux éditions Eaux troubles :

Les espionnes du Salève  -  L'envers du miroir

Mark Zellweger

Résultat de recherche d'images pour "les espionnes du salève eaux trouble"

Editions Eaux Troubles
Parution : février 2018
Pages : 314
Isbn : 978-2-940606-06-1
Prix :  21 €

Présentation de l'éditeur

Le 14 juin 1940, l’armée allemande rentre dans Paris et les années sombres recouvrent la France pour plusieurs années. Les jours qui suivent, le service de renseignement de l’armée de la Confédération helvétique, le SR, sous les ordres du général Guisan, s’active aux frontières de la Suisse Romande. En même temps, la communauté internationale du renseignement basée à Genève depuis 1936 se mobilise sous la férule du vice-consul anglais, Victor Farrell. Peu à peu des filières de passage entre la France et la Suisse romande se mettent place, la résistance s’organise entre Genève et Lyon en concertation avec les espions installés à Genève.
Hannah Leibowitz, échappée de justesse du ghetto de Lodz, arrive à Genève en juin 40 avec son fils Avram âgé de 2 ans. Elle prend la tête d’un groupe de femmes de toutes nationalités et résolument décidées à lutter contre la barbarie nazi. On les dénomme : Les Espionnes du Salève.
Le 1er juin 1941, Armand jeune lycéen communiste de Bourg-en Bresse en Zone interdite, se fait prendre par la gestapo lors d’une tentative d’entrée en Suisse au nord de Genève dans les environs de Satigny (les Fontaines) après avoir peint sur la mairie de Gex : « A mort les Boche ». Une certitude s’impose aux espionnes du Salève : on l’a dénoncé. Qui est le traître ? Les espionnes et leurs contacts mèneront leur enquête.
Nos espionnes seront confrontées à des collaborateurs sournois près à les dénoncer, à des agents allemands de l’Abwehr déterminés et agissant en Suisse sous couverture et à des trafiquants en tout genre.

Et pour terminer, merci à Julie et son fils de m'avoir permis de découvrir cette belle collection bd

La sagesse des mythes

Thésée    --  Luc Ferry et Clothilde Bruneau

Thésée et le Minotaure
Glénat
Collection : la sagesse des mythes
Parution : 02/11/2016
Pages : 58
ISBN : 9782344001707
Prix : 14.50 €

Présentation de l'éditeur


Suivez le fil d’Ariane...


Au royaume de Trézène, le jeune, beau et brillant Thésée apprend qu’il n’est pas que le fils de Poséidon, mais aussi celui d’Égée, souverain d’Athènes. Alors qu’il se rend à pied à la cité mythique, il terrasse en chemin une multitude de monstres, devenant une légende avant même d’atteindre son but. Mais lorsqu’il rencontre enfin son père, il découvre que celui-ci est la proie d’un odieux chantage. Tous les neuf ans, Minos, roi de Crète, exige d’Égée un sacrifice pour lui épargner la colère de Zeus : sept jeunes hommes et sept jeunes filles doivent être jetés en pâture au Minotaure au cœur du Labyrinthe. Pour y mettre un terme, Thésée est prêt à affronter la redoutable créature. Son plus grand défi l’attend...

mardi 13 mars 2018

Les vieux fourneaux - tome 4

Les vieux fourneaux Tome 4

La magicienne              Lupano - Cauuet




Dargaud
Parution : 10/11/2017
Dessinateur Paul Cauuet
Scénariste Wilfrid Lupano
Coloriste  Paul Cauuet
Pages : 56
Ean : 9782505065425
Prix : 12 €

Présentation de l'éditeur

Après une tournée d'été du théâtre du "Loup en slip", Sophie et Antoine rentrent au bercail... pour découvrir leur charmant village en pleine effervescence ! Le projet d'extension de l'entreprise Garan-Servier, qui relancerait l'économie de la région, est menacé... par une mystérieuse "magicienne dentelée" occupant le terrain. Branle-bas de combat pour les zadistes ! Cela dit, c'est un coup de bol pour les vieux fourneaux, qui peuvent enfin partir à la recherche de leur trésor oublié...

Quant à Sophie, elle apprend une délicate vérité au sujet de son père...Confidence pour confidence, révélera-t-elle enfin l'identité du père de sa fille, Juliette ?

Mon avis

Oh que j'adore cette série, c'est avec un plaisir non dissimulé que j'ai fait l'acquisition de ce volume que j'ai rapidement dévoré.

On retrouve nos petits vieux ; Antoine, Pierrot et Emile.

Une ZAD  (zone à défendre) vient d'être créée suite à la découverte de l'existence de la magicienne dentelée.  Qui ça ?  Il s'agit d'une variété de sauterelle rare qui pourrait bien faire capoter le projet immobilier d'extension de l'usine. 

Les habitants de la région sont mobilisés.  On retrouve Pierre qui accompagne sa petite fille et les spectacles de marionnettes du "Loup en slip".

Toutes les générations sont confondues, c'est frais.  J'adore cette série qui convient à toutes les générations.  Mon fils de 13 ans vient de la commencer et il adore aussi.

Ma note : ♥

Dans la même série

Cliquez sur la couverture pour atteindre mon billet




samedi 10 mars 2018

Nuits d'encre 2018

Le festival Les nuits d'encre 2018

Habiter le Monde

Les nuits d'encre

Chaque année en mars en Brabant Wallon, c'est la fête de la littérature durant tout le mois.
C'est la 25ème édition cette année et c'est un chouette tandem féminin qui nous a concocté le programme.

Comme toujours deux auteurs dont un jeunesse autour d'un thème : Habiter le monde.

Cette année c'est Nathalie Skowronek et Anne Brouillard qui se sont mises à l'ouvrage.



Nathalie Skowronek

 

Chouette je suis justement en train de lire son dernier roman en préparation du mois belge, je vous en parle en avril.

Nathalie Skowronek, née en 1973, vit et travaille à Bruxelles. Après des études de lettres, elle travaille dans l’édition puis pendant sept ans dans le prêt-à-porter pour femmes. Elle revient à la littérature en 2004 en créant la collection « La Plume et le Pinceau » pour les éditions Complexe. Elle publie son premier roman à trente-sept ans. Ses livres touchent aux questions des origines, au poids des milieux, à la mémoire et à la transmission, elle y réfléchit avec le souci du monde contemporain.

Depuis 2016, elle enseigne à l’Atelier des écritures contemporaines de La Cambre/École nationale supérieure des arts visuels. Elle anime également l’atelier d’écriture du club Antonin Artaud, un centre de jour pour adultes souffrant de difficultés psychologiques.

Nathalie Skowronek est l’auteur de deux romans, « Karen et moi » (Arléa, 2011) et « Max, en apparence » (Arléa, 2013), et d’un essai, « La Shoah de Monsieur Durand » (Gallimard, 2015). Son quatrième livre, « Un monde sur mesure », est paru en mars 2017 aux éditions Grasset.

Anne Brouillard


Anne Brouillard, née en 1967 à Leuven d’une mère suédoise et d’un père belge, vit et travaille à Archennes en Brabant wallon. Après des études artistiques à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles, elle crée une œuvre d’auteure-illustratrice, riche de plus de 40 albums, et récompensée notamment par le Grand Prix Triennal de Littérature de Jeunesse 2015-2018, décerné par la Fédération Wallonie-Bruxelles. « Mes livres ne sont pas construits à partir d’idées abstraites, déclare-t-elle, mais d’impressions visuelles. Les “histoires” partent d’une image, d’une succession d’images, parfois d’émotions ou de sensations, que j’essaie de concrétiser dans l’espace de l’album ».

« Anne Brouillard est là. Elle observe et détaille ce qui l’entoure. La vie est la force des uns et des autres. De tous les autres : enfants, femmes, hommes, mais aussi animaux, insectes, arbres, fleurs, et encore, tasses, bibelots, cailloux, eau, air, terre… Nous la sentons en harmonie avec ce et ceux qu’elle côtoie, profondément convaincue que chaque personne, animal, élément, objet… a sa place auprès d’elle, en ce monde qu’elle nous invite à découvrir et redécouvrir. Elle voit ce que nous ne voyons pas : un monde qui tantôt se transforme, tantôt se fige. Elle nous montre à la loupe un détail, une histoire dans l’histoire. Et les décors peints par Anne Brouillard, sans être étouffants, sont souvent surchargés de petits détails qui nous en disent tant sur l’histoire qui se déroule. Toujours avec tendresse, parfois avec humour ou onirisme, Anne Brouillard nous offre depuis ses débuts une vision du monde qui l’environne. »

(Natacha Wallez, Anne Brouillard ou la magie du temps et du voyage, dans Le Carnet et les Instants n°179.)


Demandez le programme !

Je vous livre donc le programme complet ici

Je vais essayer de participer à  :


Le goût des lettresLa convivialitéHistoires dans le noir


Rencontre 

Yslaire 

14/03/2018 | 18h00 - 20h00


Rencontre d’auteur
Yslaire, de son vrai nom Bernard Hislaire, est scénariste et dessinateur de bandes dessinées. A la fin des années 70, il imagine les aventures tendres et adolescentes de Bidouille et Violette. 
Quinze ans plus tard, il lance Sambre, une fresque romanesque et baroque qui sera saluée par la critique et le public. Avec Mémoires du XXe ciel et Uropa, il utilise les technologies pour créer de nouvelles expériences visuelles ; il ne cesse d’explorer et de repousser les limites de la bande dessinée.

Les étudiants du Kot BD animeront la rencontre. Ensemble, ils parleront des thèmes et des récurrences présentes dans cette œuvre.

Gratuit

Rens. : info-culture@uclouvain.be

Partenaires : UCL Culture, Musée Hergé Museum, Kot BD


Spectacle 

La convivialité 

15/03/2018 | 20h30 - 21h30

Conférence théâtralisée

Arnaud Hoedt et Jérôme Piron

L’orthographe est-elle un outil à notre service ou un dogme à respecter à tout prix ?
Un moment convivial autour de l’orthographe française ! Une approche originale, pop, iconoclaste et interactive !
Échange entre le public et les comédiens après le spectacle.

Prix : 17 €, 15 €, 10 €
Réservations : 010 43 57 10 – www.poleculturel.be


Rencontre

Histoires dans le noir 

16/03/2018 | 20h00

Laboratoire 

Confortablement installés et plongés dans l’obscurité, nous entrerons avec Anne Brouillard et Nathalie Skowronek dans leurs univers et leurs sources d’inspiration. Elles nous raconteront leurs histoires mais aussi les histoires qui les portent. Par la voix et les images, nous vivrons un voyage dans un travail et un processus de création. Venez découvrir et partager ce moment avec nous !

Gratuit
Rens. : 010 81 41 47 – reservations@conteetlitterature.be

Partenaires : Maison du Conte et de la Littérature en Brabant wallon, PointCulture Louvain-la-Neuve


Rencontre

Le goût des lettres 

23/03/2018 | 18h30 - 20h00

Rencontre culino-littéraire

Des mots aux papilles gustatives, il n’y aura, ce soir-là, qu’une distance infinitésimale.
Éric Brucher vous proposera la découverte de l’œuvre de Nathalie Skowronek en présence de celle-ci.

Pierre Decuypere, cuisinier chantant, proposera un repas inventif en lien étroit avec l’œuvre présentée.

Prix : 14 € (repas et boissons compris)
Réservations indispensables :
010 86 64 04 – reservations@ccvn.be

Partenaires : Centre culturel de la Vallée de la Néthen, Bibliothèque communale de Grez-Doiceau, Maison du Conte et de la Littérature en Brabant wallon


Rencontre

Jaco Van Dormael, Colette Nys-Mazure, Frédérique Dolphijn et Anne Leloup 

28/03/2018 | 20h00 - 21h30

Rencontre d’auteurs

La nouvelle collection Orbe propose des rencontres d’auteurs à propos de leur pratique d’écriture et de lecture.
Pour Les nuits d’encre, Jaco Van Dormael, Colette Nys-Mazure, Frédérique Dolphijn et Anne Leloup viendront partager avec nous leurs interrogations.
L’enjeu sera de découvrir comment la conscience de leur processus je lis – j’écris – je suis lu fabrique leur pensée et modifie leur rapport au monde.

Mercredi 28 mars à 20h (accueil dès 19h30)
Bibliothèque de Genval
Place Communale 1

Gratuit
Réservations indispensables :
02 653 40 47 – genval@bibliorix.be


De belles découvertes à faire, il y a aussi un atelier d'écriture, de création de reliure, des ateliers d'écriture-illustration, promenade dessinée, chasse aux trésors, contes, musique...  

Soyez curieux !  



vendredi 9 mars 2018

Nos richesses - Kaouther Adimi ♥♥♥♥♥

Nos richesses   - Kaouther Adimi



Seuil
Cadre rouge
Parution : 17/08/2017
Pages : 224
EAN 9782021373806
Prix : 17 €


Résultat de recherche d'images pour "librairie charlot alger" Résultat de recherche d'images pour "librairie charlot alger"

Présentation de l'éditeur



En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est d'accoucher, de choisir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l'égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d'un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres, c'est aussi la sacrifier aux aléas de l'infortune. Et à ceux de l'Histoire. Car la révolte gronde en Algérie en cette veille de Seconde Guerre mondiale.

En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n'éprouve qu'indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre une librairie poussiéreuse, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple.


Née en 1986 à Alger, Kaouther Adimi vit à Paris. Nos richesses est son troisième roman, après L'Envers des autres (Prix de la vocation, 2011) et Des pierres dans ma poche (Seuil, 2016).


Résultat de recherche d'images pour "librairie charlot alger"  


       

L'auteure nous en parle







Mon avis


C'est encore d'une petite merveille dont je vais vous parler, un joli coup de coeur.

Kaouther Adimi dans ce troisième roman nous fait découvrir la vie et l'histoire d'Edmond Charlot qui en 1935, âgé à peine de vingt ans va réaliser un rêve. En effet, il trouve un petit local à Alger, rue Hamani 2 bis, à l'époque rue Charras et ouvre une librairie qui en hommage à Giono se nommera "Les vraies richesses".

De ce lieu, il veut faire un lieu de rencontres, un lieu où l'on parle des livres, un lieu dédié à l'amour de la littérature et des mots. Il ne s'arrête pas là car il devient contre vents et marées éditeur, découvreur de talent et prêteur de livres pour défendre ces mots qu'il aime tant.

C'est lui qui publiera le premier texte de son futur ami "Albert Camus".

C'est un récit passionnant qui retrace huit décennies, reprenant l'Histoire de l'Algérie, des indigents, du colonisateur qui au départ du livre fête un siècle de domination. C'est aussi l'Histoire; la guerre, la difficulté d'éditer durant la guerre à cause de la pénurie de papier, la censure, l'histoire d'un éditeur en temps de guerre en France libre durant l'occupation..

Ce récit nous fait découvrir un homme mais aussi un pays, un peuple, la réalité de la guerre, de la censure, la lutte pour trouver du papier et continuer de publier à tout prix, acte de résistance, vital.

J'ai découvert Edmond Charlot, ce dénicheur de talent : Camus, Roblès, Senac pour ne citer qu'eux, souvent débauchés par la suite par de grandes maisons d'édition.

La lutte, la difficulté de trouver de l'argent pour survivre, toujours continuer, animé par la foi de la littérature.

Un roman magnifique où l'amour des livres, des auteurs, de la littérature était vraiment l'essence même de vivre pour Edmond Charlot.

Le roman nous projette aussi aujourd'hui où Ryad, arrive de Paris. Il a environ le même âge que Charlot au début de l'aventure, il arrive de France pour un "stage" pistonné par un ami de son père. Objectif : lui qui ne lit pas et ne connaît rien aux livres, vider les lieux de ce qui aujourd'hui était transformé en bibliothèque, vider les étagères, tout jeter, repeindre le local pour en faire un lieu où l'on vendra des beignets...

En arrivant sur place, il rencontrera Abdallah, le gardien des lieux qui ne sait pas lire mais veut à tout prix protéger ce patrimoine.

La construction du roman est intéressante. Ryad nous fait part de son point de vue, on fait des allers-retours dans le temps, le tout s'entremêle au journal de bord d'Edmond Charlot qui nous permet de suivre les événements chronologiquement.

J'ai dévoré cette petite merveille. La plume est fluide, c'est passionnant. Je ne connaissais pas Edmond Charlot, un éditeur passionnant, il m'a vraiment captivée.


C'est un énorme coup de coeur.

Les jolies phrases

Un homme qui lit en vaut deux mais un homme qui ne lit pas ne vaut rien.

En c'est temps de crise économique, l'Etat croit bon de vendre de tels lieux aux plus offrants.  Depuis des années, il dilapide l'argent du pétrole et maintenant, les ministres crient : "c'est la crise", "nous n'avons pas le choix", "ce n'est pas grave, le peuple a besoin de pain, pas de livres, vendons les bibliothèques, les librairies.  L'Etat brade la culture pour construire des mosquées à tous les coins de rue ! Il y a un temps où les livres étaient si précieux que nous les regardions avec respect, que nous les promettions aux enfants, que nous les offrions aux êtres aimés !


L'écrivain doit écrire, l'éditeur doit donner vie aux livres. je ne vois pas de limite à cette conception.  La littérature est trop importante pour ne pas y consacrer tout mon corps.

C'est à dire une librairie qui vendrait du neuf et de l'ancien, ferait du prêt d'ouvrages et qui ne serait pas juste un commerce mais un lieu de rencontres et de lecture.

Mais plus nous publions de bons livres et plus la situation financière de la maison se détériore.  je suis passé d'une petite maison d'édition artisanale à une entreprise submergée de commandes et ... de dettes.

Cette occupation, c'est comme une main qui nous enfonce la tête sous l'eau, un hiver sans fin.

Abdallah m'a dit un jour que les écrivains, ou du moins ce qu'ils sont capables d'imaginer, ont aidé sa
fille à aller mieux.

Je trouve scandaleux et monstrueux que l'on puisse assassiner des civils, mettre des bombes sous les réverbères, tuer des femmes de ménage et des facteurs sous prétexte qu'ils sont arabes.
On sait tant de choses, ah tant de choses !  Qui a écrit les livres, qui les a édités, qui les a imprimés, qui les a vendus, qui les a apportés, qui les lira ... non, non vraiment, cela ne sera pas possible


Résultat de recherche d'images pour "librairie charlot alger"  







mardi 6 mars 2018

JIM - Harold COBERT ****

Jim      -   Harold Cobert

Jim


Le livre de Poche 34265
Plon 2014
Parution : 07/09/2016
Pages : 256
ISBN : 9782253087281
Prix : 6.9 €

Présentation de l'éditeur

Loin de la star à la silhouette filiforme et gainée de cuir noir, Jim, gros, barbu, les cheveux longs et grisonnants, déambule telle une ombre dans les rues de la Ville lumière. Dégoûté par l'industrie du disque, il s'enfonce lentement dans la dépression et pense arrêter la musique pour se consacrer à la poésie. Dans ses errances et ses outrances éthyliques, il cherche à démêler les fils obscurs qui ont tissé sa destinée d'enfant de militaire devenu une icône de la scène rock mondiale et réfugié en paria à Paris, cité des écrivains maudits.
À travers ces confessions imaginées, Harold Cobert se glisse dans la peau de Jim Morrison confronté à ses démons.

Un autoportrait fictif dont le style est fidèle à la voix qu’il donne à entendre, mêlant habilement langage familier et vocable recherché, impressions brutes et analyses pointues sur un destin sabordé. Virginie Bart, Le Monde des livres.

Intensité, émotion et véracité. Jean-Claude Perrier, Livre Hebdo.


Résultat de recherche d'images pour "the doors"      Résultat de recherche d'images pour "the doors"
Mon avis

Nous sommes en mars 1971 à Paris.  Jim Morrison est à Paris avec sa compagne de toujours Pam.  Il espère y trouver calme et quiétude pour écrire loin du star system dont il est victime.

Jim s'adresse à nous à la première personne.  Ce récit c'est un peu comme une confession, il se livre à nous et nous raconte sa bio.

Fils d'un père de militaire autoritaire et d'une mère froide, son manque d'amour et de considération des siens est énorme.

Avec son pote Ray Manzarek et ses deux frères, il fonde un groupe en 1965.  Il deviendra réellement "The Doors" en 66 avec Robby Krieger et John Densmore.

Jim a toujours été loyal envers son groupe "The Doors", il écrit les paroles et Ray les met en musique.

Le succès sera très vite au rendez-vous avec l'emblématique "Light my fire" .

Jim se crée un personnage à la scène, il deviendra "Le roi lézard", son personnage finira par l'enfermer dans le rôle qu'il s'est créé. Le piège se refermera sur lui l'éloignant  avec regrets de ses textes et de sa poésie.

Jim va se mettre à boire de plus en plus, drogue, alcool, c'est l'escalade, les dérives sur scène, la provocation écornant son image.

Avec sa compagne Pam c'est compliqué aussi, le milieu de la drogue pour elle, l'alcool pour lui.

Il s'enfonce et est profondément déçu que l'on ne remarque pas ses textes, sa poésie, celle dans laquelle Pam a toujours cru.

Je ne connaissais pas bien l'univers des Doors, ce livre m'a donné envie d'écouter leur musique, de découvrir cet univers.

Bravo à Harold Cobert pour cette belle écriture, quelle prouesse et fameux exercice de style d'utiliser et d'introduire des tas d'extraits des paroles utilisées par Jim et de les allier aux mots de l'auteur.

Quelle performance, vraiment j'avais l'impression que Jim s'adressait à moi et contait ses espoirs déçus, ses rêves, sa vie.  Une bien jolie plume à suivre.

Dans un autre registre, "La mésange et l'ogresse" m'attendent dans ma PAL.

Ma note :  8.5/10  ****





Les jolies phrases

Il doit toujours y avoir révolution, la constance est nécessaire, pas quelque chose qui va changer les choses, tu vois, et ça y est, la révolution va tout résoudre. L'enjeu est au quotidien.

J'ai jamais voulu être connu.  Reconnu, oui, artistiquement, pour nos chansons, notre démarche, notre proposition de théâtre rock et poétique, pour mes poèmes, mais pas pour moi, pas en tant que moi.  Ce truc de notoriété, ou plutôt de l'obsession de la notoriété, c'est une dérive qui, à terme, tuera la création et toute forme d'art.

Ce dont je suis certain, c'est que, pour que chaque génération puisse s'affirmer en tant qu'entité humaine consciente, il faut qu'elle rompe avec le passé, et les gosses qui viendront auront plus beaucoup  en commun avec nous.

J'avais pas encore le masque de mon personnage de chanteur pour me protéger et m'autoriser les pires outrances.  J'en étais qu'aux prémices de ma profonde mue.

A mon avis, la poésie est l'art suprême, dans la mesure où ce qui nous définit en tant qu'être humain, c'est le langage.

Ouais, nous arrivons pas à vivre ensemble.  Et pourtant, tu vois, malgré tout ça, nous sommes constamment aimantés par un même destin.  Mais comme les aimants, quand nous sommes trop proches l'un de l'autre, nous nous repoussons.

Pour moi, une chanson, ça vient d'abord avec la musique, le son ou le rythme, et puis j'écris aussi vite que je peux pour rester fidèle à l'impression musicale, jusqu'à ce que musique et paroles jaillissent simultanément.